L’idée d’une science de l’homme dans la philosophie kantienne (par G. Blanc-Brude)

Atelier « L’idée de science » 3e année,
animé par Jacques Doly et Jean-Michel Muglioni

___________

L’idée d’une science de l’homme dans la philosophie kantienne

argument et texte intégral

Séance du 28 mai 2016, salle du Caphés 29 rue d’Ulm, 10h-12h30

Gilles Blanc-Brude, professeur au lycée Georges Clemenceau, Reims, docteur en philosophie

 

Qu’y a-t-il à connaître de l’homme ? La connaissance de l’homme peut-elle prétendre au rang de science ? Dans la philosophie de Kant, cette question devient : de quel droit une anthropologie écrite d’un point de vue pragmatique peut-elle y prétendre ? Kant présente en effet son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) comme une théorie systématique et, à ce titre, comme une science. Or, au vu de la facture de l’œuvre, qui ne rend jamais raison de ses divisions, une telle prétention a de quoi déconcerter. J’ai voulu chercher ce qui pouvait la rendre légitime.

Il faut au préalable distinguer plusieurs degrés de systématicité : celui d’une science descriptive (Naturbeschreibung) qui connçoit les phénomènes par leurs caractères ; celui d’une science de la nature (Naturwissenschaft) qui discerne les lois mathématiques de leurs variations ; celui enfin d’une métaphysique et d’une philosophie transcendantale (Wissenschaft) qui veulent comprendre en leur nécessité l’unité de ces lois et les limites du savoir. Ce dernier degré relève de l’idée antique de science, les deux premiers de l’idée moderne que nous nous en faisons.

L’anthropologie de Kant, qui se démarque délibérément de la perspective objectivante et mathématique de la Naturwissenschaft, est-elle simplement science au sens le plus faible d’une description et d’un classement empirique des phénomènes humains ? Ou l’est-elle aussi au sens le plus exigeant, et antique, d’une théorie ou d’une pensée comprenant la nécessité de sa forme ? Mériterait-elle alors le titre paradoxal de « science métaphysique de l’homme » ?

Je préciserai d’abord le rapport entre l’anthropologie pragmatique et les sciences de la nature, en considérant en particulier les apories d’une connaissance scientifique de l’intériorité qu’expose la Préface des Premiers principes métaphysiques de la science de la nature (1786).

Je me demanderai ensuite dans quelle mesure l’anthropologie kantienne, étant donné la difficulté de lui reconnaître une forme systématique rigoureuse, peut être assimilée à une histoire naturelle ou à une science humaine, en étudiant la Préface de 1798.

Enfin, sur la base des indices donnés par l’Architectonique de la raison pure, j’examinerai l’affinité entre la critique et l’anthropologie, en cherchant en quoi la première « ordonne et dirige » la seconde. Il sera question des échafaudages qui ont dû servir à l’édifier (lecture « scolastique »), puis des fins essentielles de la raison pouvant lui donner une unité systématique propre (lecture « cosmique »).

Indications bibliographiques

  • R. Brandt, Kritischer Kommentar zu Kants Anthropologie in pragmatischer Hinsicht (1798), Meiner, 1998
  • R. Brandt, W. Stark, Vorlesungen über Anthropologie. Kant’s Vorlesungen, bd. XXV, hrsg. von der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, de Gruyter, 1997
  • M. Foucault, Introduction à l’Anthropologie de Kant. Anthropologie du point de vue pragmatique, Vrin, 2008
  • Y.-J. Harder, « Tout le monde », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, PUS, 25/2009, p. 15 s.
  • N. Hinske, Kants Idee der Anthropologie. Die Frage nach dem Menschen, K. Alber, 1966, p. 410 s.
  • G. Lebrun, Kant et la fin de la métaphysique : essai sur la Critique de la faculté de juger, LGF, 2003
  • W. Stark, Historical Notes and Interpretive Questions about Kant’s Lectures on Anthropology, Essays on Kant’s Anthropology, Cambridge UP, 2003, p. 15 s.
  • F. Weber, Brève histoire de l’anthropologie, Flammarion, 2015
  • é. Weil, Problèmes kantiens, Vrin, 1990

Télécharger le document annexe (exemples)

Télécharger le texte intégral de l’exposé (tous droits réservés)

 

L’idée de la science chez Rousseau (par S. Labrusse)

        Atelier L’idée de science 2015-2016
animé par Jacques Doly et Jean-Michel Muglioni

Séance du 19 mars 2016
10h, Caphes 29 rue d’Ulm 75005 Paris (salle à préciser)

L’idée de la science chez Rousseau
Sébastien Labrusse, professeur au lycée Marie Curie, Versailles, docteur en philosophie

Rousseau est très précisément concerné par les sciences et il a consacré de longs développements à l’enseignement des sciences dans Emile ou de l’éducation. Nous prendrons comme exemple l’enseignement de l’astronomie car il révèle sa conception paradoxale du savoir scientifique.

Les leçons d’astronomie dans le Traité de sphère et dans Emile sont singulières : Rousseau expose le système de Ptolémée, qu’il sait faux, et non le système de Copernic, dont on ne peut plus douter de la vérité. Comment expliquer ce choix pédagogique ? Il ne faut jamais, avait dit Rousseau, faire entrer d’idées fausses dans l’esprit d’Emile. Or, il enseigne un système faux ! Comment rendre compte de cette préférence pour l’ancienne physique ? Rousseau souligne que le soleil – qu’il nomme le père de la vie – n’est pas seulement l’objet de la connaissance scientifique, mais est aussi une réalité symbolique. Le ptoléméisme de Rousseau semble s’expliquer par le désir qu’il a de ne pas occulter les significations symboliques et religieuses des phénomènes que les sciences de la nature étudient. Cette étude se propose d’examiner l’entrecroisement de la connaissance scientifique et du savoir symbolique dans la pensée de Rousseau. Outre les textes de Rousseau, dans l’Emile, mais aussi les Confessions, le Traité de sphère, voici quelques indications bibliographiques :

Bensaude-Vincent, Bernadette et Bernardi, Bruno, Rousseau et les sciences, Paris, L’Harmattan, 2003.

Dottrens, E, Rousseau et les sciences de la nature au XVIIIe siècle, Musées de Genève, n° 26, juin 1962, p. 5-8.

Imbert, Francis, Critique de la science, critique de la philosophie chez Jean-Jacques Rousseau, Archives de philosophie, 52, 2, avril-juin 1989, p. 203-230.

Kiernan, Colm, Science and Enlightenment in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 1968.

L’idée de science et la pratique classificatoire (par C. Braverman)

Atelier L’idée de science 2015-2016
animé par Jacques Doly et Jean-Michel Muglioni

Séance du 23 janvier 2016
10h, Caphes 29 rue d’Ulm 75005 Paris, salle Langevin, 1er étage gauche

L’idée de science et la pratique classificatoire

Charles Braverman, professeur au lycée Henri Parriat, Montceau-les-Mines,
chargé de cours à l’université de Bourgogne, doctorant aux Archives Henri Poincaré de Nancy

Argumentaire :

Si réfléchir au sujet des sciences est une entreprise essentiellement philosophique, penser les sciences n’est pourtant pas l’apanage des philosophes professionnels. Le XIXe siècle en France est alors exemplaire d’une prise en charge de cette réflexion sur les sciences par de nombreux savants. Ampère, Comte, Cournot, Renouvier, Poincaré et Duhem sont quelques figures de savants qui ont non seulement eu une formation scientifique pointue, ainsi qu’une véritable place institutionnelle dans le monde scientifique, mais qui ont également contribué à enrichir la réflexion philosophique sur les sciences.

Le terme de science est ici pris au pluriel, parce que la lecture de ces auteurs du XIXe siècle atteste une prise de conscience selon laquelle le mot science risque de n’être qu’un homonyme masquant mal (ou trop) la pluralité des sciences. A travers l’institutionnalisation de certaines disciplines et l’épanouissement de nouveaux domaines de recherche, le XIXe siècle pourrait même sembler souligner l’irréductible éclatement du champ scientifique ; éclatement face auquel la science ne serait décidément qu’une idée, au sens de chimère.

Cependant, c’est également au XIXe siècle que le terme de philosophie des sciences semble apparaître et on le trouve notamment démocratisé par Ampère grâce au titre de son dernier ouvrage. L’Essai de philosophie des sciences d’Ampère (1834) est en fait une classification des sciences. Comte et Cournot empruntent également cette voie de la classification des sciences qui est vue comme une manière de mettre de l’ordre et de l’unité dans la diversité des sciences. Or, si ces savants s’intéressent à la démarche classificatoire, ce n’est peut-être pas accidentel et ce n’est peut-être pas parce qu’elle serait seulement digne d’intérêt pour aborder la diversité des sciences. Il suffit de regarder la pratique scientifique de l’époque pour observer l’importance de l’usage de la classification par les naturalistes, les médecins, les chimistes, mais aussi les mathématiciens.

Dès lors, une question émerge : la classification ne pourrait-elle pas être pensée comme étant un paradigme fondamental pour caractériser la science au XIXe siècle ? Ainsi, l’idée de science ne peut-elle pas trouver sa définition et son unité à travers le paradigme classificatoire ?

C’est cette hypothèse d’une identification entre science et classification qui sera examinée à l’aune des réflexions philosophiques sur les sciences menées par certains savants français du XIXe siècle pour lesquels l’idée de science ne doit pas être disjointe de la pratique de la science . Quoique l’ancrage de notre propos soit essentiellement historique, il ne suivra pas un ordre purement historique, mais aussi analytique, afin de déterminer ce que devient l’idée de science quand elle est assimilée à la pratique classificatoire.

Avec Ampère, l’héritage baconien et naturaliste sera mis en avant afin de montrer comment la classification est érigée en idée paradigmatique de la méthode expérimentale inductive telle qu’elle est décrite au début du XIXe siècle. Cependant, loin d’être isolée et anecdotique, cette réduction de l’idée de science à la classification est également explicitée et systématisée, à la fin du siècle, par Duhem.

Il s’agira alors de montrer que ce qui est impliqué, à travers cette idée de la science, est la mise en exergue du problème ontologique de la portée de la connaissance scientifique et la remise en question de la vérité correspondance. Si la science est synonyme de classification, que peut-on espérer connaître ?

Réalisme, conventionnalisme, nominalisme ou scepticisme sont autant d’options philosophiques qui sont ainsi mises sur le devant de la scène. Nous verrons comment, chez des savants comme Ampère, Cournot et Duhem, fonctionne une stratégie de « classification naturelle », synonyme de réalisme structural, permettant de fournir une Idée directrice pour orienter le progrès scientifique (qui implique notamment chez Duhem une discussion du conventionnalisme de Poincaré).

Enfin, la référence à Renouvier (un autre savant du XIXe siècle ayant attaché une grande importance à la notion de classification comme démarche scientifique) permettra de mettre en avant la notion de croyance. En effet, cette notion apparaît comme étant centrale pour toute réflexion sur le fondement de la science et est largement implicite dans les débats autour de la portée ontologique des classifications. Deux options philosophiques pourront alors être confrontées afin de caractériser l’idée de science : le phénoménisme et le phénoménalisme.

Bibliographie indicative :

  • Ampère, Essai sur la philosophie des sciences, ou Exposition analytique d’une classification naturelle de toutes les connaissances humaines, 1834.
  • Cournot, Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoire, 1861.
  • Duhem, La théorie physique, son objet, sa structure, 1906.
  • Maine de Biran, Mémoire sur la décomposition de la pensée, 1804.
  • Maine de Biran, Correspondance philosophique Maine de Biran-Ampère, (Vrin)
  • Poincaré, La Science et l’hypothèse, 1902
  • Renouvier, Essais de critique générale, 1854-64 (puis augmentés et remaniés par les rééditions)

Atelier « L’idée de science » 3e année 2015-2016

Responsables : Jean-Michel Muglioni et Jacques Doly

Programme 2015-2016

Quatre séances le samedi de 10h à 12h30 au CAPHES, 29 rue dUlm 75005 Paris.

1 – 23 janvier 2016

  • Charles BRAVERMAN, professeur au lycée Henri Parriat, Montceau-les-Mines, chargé de cours à l’université de Bourgogne, doctorant aux Archives Henri Poincaré de Nancy : « La classification comme pratique et idée de la science ».
    Voir les détails (renseignements pratiques et documents).

2 – 19 mars 2016

3 – 9 avril 2016 (séance initialement prévue le 21 novembre 2016)

4 – 28 mai 2016

 

 

L’idée de science chez Whitehead (par J. Devos)

Atelier « L’idée de science » 3e année,
animé par Jacques Doly et Jean-Michel Muglioni

___________

Séance initialement prévue le 21 novembre 2015.
Reportée au 9 avril 2016.

L’idée de science chez Whitehead

Jean Devos, professeur de Première supérieure (Saint-Cyr)

Argumentaire 

Les bouleversements de la science moderne ont favorisé l’émergence d’une critique de la métaphysique implicite à l’idée classique de la science, et qui consistait à établir le savoir en sa vérité sur l’identité fondamentale de la pensée et de l’être. Dans ce nouveau contexte, où la valeur de la science ne repose plus dans la capacité de la raison à saisir sur un mode contemplatif la structure ontologique du monde, les relations entre vérité scientifique et vérité philosophique sont devenues un problème de première importance.

Logicien et mathématicien philosophe, Alfred North Whitehead (1861-1947) critique une certaine conception de la réalité qui hypostasie et oppose l’« objet » et le « sujet ». Une telle dichotomie fait naître dans la pensée une polarisation entre, d’une part, le monde spatio-temporel des objets de la connaissance scientifique, et, d’autre part, le monde interne des cogitations de l’ « esprit ».

Whitehead s’appuie sur les grandes conceptions de l’univers, de Platon à Einstein, pour composer une théorie renouvelée de la réalité, conçue comme un flux spatio-temporel. Il intègre l’idée de la science à l’élaboration d’une vaste synthèse où les sciences sont coordonnées entre elles dans la perspective d’une cosmologie mathématique.

Nous verrons en quel sens la critique mutuelle des catégories scientifiques et des catégories philosophiques nous invite à une réflexion sur l’espace et le temps, et nous engage à une réévaluation de l’idée de science dont l’enjeu est l’adéquation entre la vérité et la réalité au sein de l’expérience.

Repères bibliographiques

Principales œuvres de Whitehead :

  •  A Treatise on Universal Algebra, with Applications, Cambridge, 1898
  •  « On Mathematical Concepts of the Material World», Londres, 1906
  •  (avec Bertrand Russell), Principia Mathematica, Cambridge, 1910-1913
  •  An Introduction to Mathematics, Londres, 1911
  •  « La théorie relationniste de l’espace », Paris, 1914, 1916
  •  « Space, Time, and Relativity », Proc. of the Aristotelician Soc., 1915
  •  The Organisation of Thought, Educational and Scientific, Londres, 1917
  •  An Enquiry Concerning the Principles of Natural Knowledge, Cambridge, 1919
  •  The Concept of Nature, Cambridge, 1920
  •  The Principle of Relativity, with Applications to Physical Science, Cambridge, 1922
  •  Science and the Modern World, New York, 1925
  •  Religion in the Making, New York, 1926
  •  Symbolism, Its Meaning and Effect, New York, 1927
  •  Process and Reality. An Essay in Cosmology, New York, 1929
  •  The Aims of Education and Other Essays, New York, 1929
  •  The Function of Reason, Princeton, 1929
  •  Adventures of Ideas, New York, Cambridge, 1933
  •  Nature and Life, Chicago, Cambridge, 1934
  •  Modes of Thought, New York, Cambridge, 1938
  •  « Mathematics and the Good », « Immortality », «Autobiographical Notes», in The Philosophy of Alfred North Whitehead, Evanston, Ill., 1941 (cf. infra)
  •  Essays in Science and Philosophy, Londres, 1947

Etudes sur Whitehead:

  • Philippe Devaux, La Cosmologie de Whitehead, tome 1, L’Epistémologie whiteheadienne, Paris, Editions Chromatika, 2007
  • Gilles Gaston Granger, L’Irrationnel, Paris, Editions Odile Jacob, 1998, chap. IX, «Alfred North Whitehead : un “schème cosmologique” », pp. 261 sq.
  • Ivor Leclrec (éd.), Philosophical Essays in Commemoration of the Centenary of Alfred North Whitehead, New York, Macmillan, 1961
  • Victor Lowe, Alfred North Whitehead : The Man and his Work, Baltimore, John Hopkins University Press, vol. 1, 1985, vol. 2, 1990
  • Wolfe Mays, Whitehead’s Philosophy of Science and Metaphysics. An Introduction to his Thought, The Hague, Martinus Nijhoff, 1977
  • Maurice Merleau-Ponty, La Nature. Notes de cours du Collège de France, Paris, Gallimard, 1968, Seuil, 1995, part. II, chap. 3, « L’idée de nature chez Whitehead », pp. 153 sq.
  • Robert M. Palter, Whitehead’s Philosophy of Science, Chicago, The University of Chicago Press, 1960
  • Bertrand Saint-Sernin, Whitehead. Un univers en essai, Paris, Vrin, 2000
    – « L’essai de cosmologie de Whitehead », in Daniel Andler (dir.), Philosophie des sciences, Paris, Gallimard, vol. I, 2002, pp. 107-121
  • « Morphogenèse mathématique du monde matériel », in Les Etudes philosophiques, oct-déc. 2002
  • Paul Arthur Schilpp (éd.), The Philosophy of Alfred North Whitehead, The Library of Living Philosophers, vol. III, Evanston, Ill., Northwestern University, 1941, La Salle, Ill., Open Court, 2e éd. 1951, 3e éd. 1991
    Albert Einstein : Philosopher-Scientist, The Library of Living Philosophers, vol. VII, Evanston, Ill., Northwestern University, 1949, 2ème éd. 1951, La Salle, Ill., Open Court, 3ème éd. 1970
  • Jules Vuillemin, La Logique et le monde sensible. Etudes sur les théories contemporaines de l’abstraction, Paris, Flammarion, 1971, part I, chap. 3, « Les limites externes du réalisme : la théorie de l’abstraction chez Whitehead », pp. 61 sq.
  • Jean Wahl, « La philosophie spéculative de Whitehead », in Vers le concret. Etudes d’histoire de la philosophie contemporaine, Paris, Vrin, 1932

Télécharger le document annexe

L’idée de science en médecine (par G. Barroux)

Atelier L’idée de science (2e année, 2014-2015)

animé par Jacques Doly et Jean-Michel Muglioni

Séance du 30 mai 2015 : argument et texte intégral

10h à 12h30 au CAPHES 29 rue dUlm 75005 Paris, salle Langevin (1er étage gauche)

L’idée de science en médecine.
Faire de la maladie un objet de science.
par Gilles Barroux (1)

Poser la question de ce que représente l’idée de science en médecine pourrait paraître très académique, voire loin des préoccupations pratiques qui unissent quotidiennement le sort des médecins et de leurs patients, loin aussi des questionnements propres aux chercheurs dans leurs laboratoires. On renverrait cette interrogation à un passé lointain – la médecine : art ou science ? – qui aurait perdu toute sa pertinence de nos jours. S’impose l’idée générale qu’après avoir fait la preuve d’autant d’innovations, de découvertes, d’hypothèses, peut-on encore avoir le moindre doute quant à la valeur scientifique de la médecine ? Mais cette interrogation quant à ce que signifie et implique l’idée de science en médecine, dépend, bien entendu de ceux qui la formulent : médecins, biologistes, philosophes, juristes, etc.

Vouloir évoquer scrupuleusement tous les aspects relatifs à l’idée de science en médecine nécessiterait, comme on peut s’en douter, bien plus d’une séance. Plutôt que d’égrener une série de thèmes et de dimensions, nous avons préféré décliner l’évolution de cette idée de science en médecine à partir d’un problème qui est encore fortement d’actualité, à l’intersection de la médecine, de la science et de la philosophie : celui des classifications des maladies et des critères à partir desquels s’édifie une telle entreprise. Il s’agira d’examiner comment, à travers cet exemple fécond des classifications, la médecine fait de la maladie un objet de science.

Après avoir évoqué ce que recouvre, originairement, l’émergence d’une rationalité médicale, nous examinerons comment une préoccupation visant à répertorier et à définir les maladies est mise en œuvre dès la tradition hippocratique (VIe-Ve siècle avant notre ère). Ensuite nous évoquerons les dimensions scientifique et philosophique des grandes nosologies et les raisons pour lesquelles c’est plus particulièrement à partir du XVIIIe siècle qu’elles voient le jour. Nous proposerons une hypothèse : c’est durant cette période que se formule, à travers l’entreprise nosologique, de manière critique, une certaine idée de science en médecine dans la mesure où de telles réalisations tendent à conférer à la médecine un statut de science à part entière. Enfin, nous nous interrogerons sur les enjeux généraux relatifs à de telles entreprises à la lumière des classifications contemporaines dont l’un des derniers exemples en date, en psychiatrie – le DSM 5 – fait couler beaucoup d’encre.

 

Bibliographie :

Claude Bernard, Introduction à la médecine expérimentale, avec une préface et des notes par Maurice Dorolle, Paris, Delagrave, 1978, Reprod. en fac-sim. de l’éd. de Paris, J.-B. Baillière et fils, 1865

François Boissier de Sauvages, Nosologie méthodique, trad. de la dernière édition latine par M. Gouvion, a joint à cet ouvrage : Carl von Linné : Genera morborum, avec la traduction française à côté, Lyon, J.-M. Bruyset, 1772

Georges Canguilhem, La santé : concept vulgaire et question philosophique, éd. Sables, 1990

François Dagognet, Le catalogue de la vie, éd. PUF Quadrige, 1970

Dictionnaire des sciences médicales, par une société de médecins et de chirurgiens, édition de Panckoucke, Paris 1819, articles « Nosographie »

Anne Fagot-Largeault, « Histoire des classifications en santé », dans Enjeux des classifications internationales en santé, éd. G. Pavillon, INSERM, 1998

Mirko Grmek, Savoir et pouvoir en médecine, Conférence de Pérouse, 1985

Philippe Pinel, Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à la Médecine, 2° édition, 1802 – Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à la médecine, Paris, J. A. Brosson, 1810, reproduit sous forme de document électronique par la B.N.F., 1995

Préambule à la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé, tel qu’adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946

Jacques Roger, Pour une histoire des sciences à part entière, Paris, Albin Michel, 1995

Curt Sprengel, Histoire de la médecine depuis son origine jusqu’au dix-neuvième siècle, trad. de l’allemand par A. J. L. Jourdan, Paris, Édouard-François-Marie Bosquillon, 2° éd., 1815-1820

Thomas Sydenham, Médecine pratique, avec des notes, trad. de la dernière édition anglaise par M. A. F. Jault, Docteur en Médecine, et Professeur au Collège Royal, Montpellier, Picot, 1816.

 

Télécharger le texte intégral de l’exposé

Télécharger le document annexe (plan détaillé de l’exposé et textes)

 

1 – Professeur en classes préparatoires aux Grandes écoles au lycée Henri Moissan de Meaux, docteur en philosophie, directeur de programme au Collège international de philosophie.

 

Retour au programme de l’atelier

L’idée de sciences de la nature (par A. Chauve)

Atelier « L’idée de science » (2e année) 2014-2015

Séance du 24 janvier 2015 : argument

10h à 12h30 au CAPHES 29 rue dUlm 75005 Paris

L’idée de sciences de la nature
par Alain Chauve (1)

Si l’expression « sciences de la nature » a un sens, il faut bien qu’elle corresponde à une idée. Les sciences de la nature présupposeraient donc une certaine idée de ce qu’est la nature en tant qu’elle est l’objet de sciences.

On est alors amené à se poser deux questions. D’abord, quelle serait cette idée ? Et ensuite, peut-on aller jusqu’à dire que des sciences qui veulent être des sciences de la nature sont fondées sur cette idée ? Si c’était le cas, il faudrait admettre que l’idée de sciences de la nature est une idée métaphysique. Par voie de conséquence, le caractère scientifique des sciences de la nature deviendrait problématique. Le rôle fondamental de l’observation dans ces sciences et l’idée qui serait leur fondement entreraient en contradiction et poseraient un problème insoluble.

1 –  Professeur de première supérieure, inspecteur pédagogique régional

Télécharger les documents (textes) utilisés dans la séance.

Télécharger le texte intégral de la séance (tous droits réservés).

 

Retour au programme de l’atelier

 

Publication de l’atelier « Ironies socratiques » 2014

Responsables : Anne Baudart et Hélène Politis
Publication électronique intégrale des interventions
(tous droits réservés)

Présentation

Placé sous le signe pluriel et polyvalent des « Ironies socratiques », cet Atelier de la Société française de philosophie évite de limiter l’ironie à un procédé langagier parmi d’autres, ou encore au mode original d’interrogation par lequel Socrate déroutait et stimulait ses interlocuteurs, ou encore à un art de la séduction qui, tout à la fois, attire et rebute. L’héritage de Socrate est multiple ; nul ne peut affirmer l’avoir cerné en totalité ; il reste vivant aujourd’hui sous maintes figures contrastées. Merleau-Ponty ne s’y était pas trompé qui voyait en « l’ironie vraie » une tâche et non un alibi, une matrice de détachement salutaire pour l’action, une attitude autant qu’un devoir-être, une conduite de vigilance intellectuelle. Nous souhaitons, en 2014, prolonger et diversifier le travail artisanal que nous avons engagé en 2013. L’année 2013 nous a fait rencontrer et célébrer, sous divers angles convergents, Kierkegaard philosophe. Sans oublier, en 2014, le Socrate de Kierkegaard ni Kierkegaard comme figure socratique majeure de la première moitié du XIXe siècle, nous mettons librement en commun nos savoirs et nos interrogations pour explorer et approfondir quelques aspects philosophiques de l’ironie, de l’humour, de la communication indirecte, du rapport « paradoxal » à la vérité que Socrate, en son temps, a su initier (au sens de l’initium).

 

 

Sommaire et liens de téléchargement (tous droits réservés)


1. Séance 1 (samedi 15 mars 2014) : Présentation générale. Thème : Socrate dans le néoplatonisme ?

  • Conférence par Anne Baudart  : « Socrate dans le néoplatonisme ? Le cas Socrate ».
  • Conférence par Arnaud Catil : « De l’ironie à la mystagogie : Socrate philosophe de l’Un ? Conséquences métaphysiques du socratisme chez Proclus ».

Télécharger l’intégralité du texte en pdf (p. 1 – 33)

 

2. Séance 2 (samedi 5 avril 2014). Thème : Socrate ou Jésus ?

  • Conférence par Anne Baudart : « Complétude du mysticisme plotinien ? ».
  • Conférence par Ilona Fortin-Comas : « Paul Ricœur, ou comment parler du Christ en philosophe »;

Télécharger l’intégralité du texte en pdf (p. 34 – 50)

 

3. Séance 3 (samedi 17 mai 2014). Thème : Aspects philosophiques de l’ironie moderne, deux exemples.

  • Conférence par Cécile Loisel : « L’ironie tragique chez Thomas Hardy ».
  • Conférence par Hélène Politis : « Propos sérieux à propos de Satie ironiste ».

Télécharger l’intégralité du texte en pdf (p. 51 – 73)

 

4. Séance 4 (samedi 14 juin 2014). Thème : De l‘ironie à l’humour.

  • Conférence par Alice Chalanset : « L’ironie : remède ou poison ? »
  • Conférence par Eric Antoine Dupuis :  « De l’ironie socratique à l’humour kierkegaardien ».

Télécharger l’intégralité du texte en pdf (p. 74 – 95)

 

 

Accueil

De la philosophie aux sciences positives : le mythe de l’émancipation (par P. Dupouey)

Atelier « L’idée de science » (2e année) 2014-2015

Séance du 22 novembre  2014 : argument et texte intégral

10h à 12h30 au CAPHES 29 rue dUlm 75005 Paris

De la philosophie aux sciences positives :
le mythe de l’émancipation

par Patrick Dupouey (1)

C’est un lieu commun de l’histoire des sciences, comme de la philosophie, que les premières n’auraient commencé d’exister qu’en se séparant de la seconde. Le récit de cette rupture – qu’on la regarde comme salutaire ou au contraire comme désastreuse – s’autorise fréquemment d’une référence à Auguste Comte et à la fameuse loi « des trois états ». Au prix d’une identification de la philosophie au stade métaphysique, cette histoire devient – au point de vue des sciences – celle d’une glorieuse guerre de libération. Il ne manque pas d’exemples pour valider ce récit, qui ne peut pas ne pas contenir, comme tout mythe, quelque part de vérité.

Le point de vue de la philosophie est plus nuancé. Il n’est sans doute pas un philosophe qui n’ait affronté la tâche de penser cette séparation, mais les appréciations ont considérablement varié. On ne pourra bien sûr les considérer toutes, mais on s’intéressera à quelques-unes, notamment à celles qui proposent des variations sur le thème cartésien de l’arbre du savoir (Lettre-préface des Principes de la philosophie). L’image se retrouve chez Husserl, mais aussi chez Comte, qu’on interrogera plus spécialement.

Il est clair qu’un récit de séparation ne peut se dispenser de préciser d’une part en quoi consistait l’unité primitive, d’autre part ce qu’il en est des identités respectives issues du divorce. On ne saurait valider l’idée d’une philosophie et d’une science autrefois réunies, mais dont la nature demeurerait la même une fois la désunion consommée, chacune n’ayant plus qu’à vivre, de son côté, d’une existence enfin conforme à son essence de toujours.

En présentant le stade métaphysique du développement de l’esprit comme « une simple modification » du théologique, Auguste Comte corrobore effectivement l’idée que la science devrait se définir par opposition à la métaphysique. Mais premièrement, il y a loin, dans l’esprit de Comte, de la métaphysique à la philosophie. Ensuite, quelque secondaire qu’il apparaisse dans les premières leçons du Cours, le métaphysique (plutôt que la métaphysique) s’avère, lorsqu’on pousse un peu au-delà, nettement plus riche et complexe.

Quant à ce que Comte appelle philosophie, le bilan général qu’il tire dans la 58e Leçon du Cours (« équivalent spontané du Discours initial de Descartes sur la méthode ») interdit de la présenter comme ce que l’âge positif autoriserait à reléguer au musée des errements de l’intelligence humaine.

Si j’en ai le temps, j’aimerais tirer de ces réflexions quelques conclusions sur les situations respectives des sciences et de la philosophie, ainsi que sur l’enseignement de cette dernière.

 

Télécharger le texte intégral de l’intervention en pdf (tous droits réservés).

 

1 – Professeur en classe de Première supérieure au lycée Pierre de Fermat Toulouse.

Retour au programme de l’atelier

Que signifie « comprendre une théorie scientifique » ? (par M. Vorms)

Atelier « L’idée de science » 2013-2014

Séance du 22 mars 2014

Que signifie « comprendre une théorie scientifique » ?
par Marion Vorms (1)

Le sujet de cet exposé est la notion de théorie scientifique. Il semble peu contestable que l’un des buts de l’enquête scientifique consiste à formuler des théories, que l’on peut décrire comme des ensembles structurés d’hypothèses portant sur un domaine de phénomènes. En abordant l’étude de cette notion sous l’angle de la compréhension que les sujets ont des théories, je cherche à en critiquer une conception abstraite et formelle, selon laquelle les théories peuvent être reconstruites au moyen d’outils logiques, indépendamment de la manière dont elles sont utilisées dans des raisonnements. Pour cela, je m’appuie sur l’exemple de la mécanique classique. Cette théorie existe sous plusieurs formulations différentes, qui sont équivalentes d’un point de vue logique, mais qui n’offrent pas la même représentation des phénomènes ni ne facilitent les mêmes raisonnements. Pour rendre compte de ces différences, il convient d’étudier la théorie comme une activité intellectuelle — l’activité théorique.

Télécharger le texte intégral de l’intervention de Marion Vorms (tous droits réservés).

 

1 – Docteur en philosophie, Marion Vorms est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (CNRS).

Accueil